QU’ARRIVE T’IL À NOS ENFANTS EN CE MOMENT DU CONFINEMENT? COMMENT LES CÉLÉBRER?

VE T’IL À NOS ENFANTS EN CE MOMENT DU CONFINEMENT? COMMENT LES CELEBRER?

Hier était le jour où on célèbre la journée des autistes. Beaucoup de nos parents à enfants particuliers chérissent ce jour. Car cela leur donne au moins la joie de savoir qu’ils sont entendus et que leur cause n’est pas vaine. J’ai parcouru les pages et les blocs de beaucoup de nos membres et j’ai constaté combien cette hécatombe qu’est Corona à Virus a fait des ravages et briser des liens festifs. Car ces journées permettent au mois. A des parents de souffler ensemble et de partager le quotidien ensemble. N’en déplaise que ce soit voulu ou que dame nature te lame son droit, Cela a aussi permis.

À nous parents de revoir ce jour sous un autre angle: par exemple j’ai été impressionné particulièrement par l’idée créative de cette maman qui montrait comment son fils était devenu autonome en le portant. Comme quoi malgré le confinement elle a eu l’idée génial de partager le progrès de son fils tant rêvé avec nous.

D’autres se sont filmés avec leur enfants en revêtant les vêtements de couleur bleu qui est la couleur de l’Autisme. Certaine sur leur statut de page WhatsApp n’a pas hésité à placarder des images et des spots de la journée de l’autisme. À tous ces parents je leur dis Bravo, car vous êtes des parents formidables dont seule la mort peut vous arrêter de célèbre les progrès et les avance de lutte commune.

Je me souviens aussi u. Parent qui a fait une vidéo dans laquelle son. Fils saluait les personnes sur sa story sur Facebook. Chers parents vous êtes à féliciter et n’oublier vous portez très haut vos voix et le bleu comme me je le disais est le symbole de la sérénité et vous avez montré que vous êtes sereines et sachez le pourquoi et le comment vous battre. Il n’y a pas plus grand amour que celui d’une mère pour son enfant. Mais n’oublions pas aussi les papas car ils travaillent souvent dure dans l’ombre pour vous soutenir et soutenir nos enfants financièrement.

Ensemble disons Corona nous te vaincrons, car nous passons depuis des années par pire que ça.

Je vous dis grand merci pour about montrer ce dévouement.

Lucienne Béatrice Koua Dubé

Btit Ngkobe consulting’s.

ON NE SE MOQUE PAS DE MÈRE NATURE ET DE SON CRÉATEUR : PENSONS A NOS ENFANTS.

Qui aurait cru que ce confinement aura permis de déceler que l’homme était la bête ou un monstre pour lui-même et que mère Nature et les autres espèces vivant en profiterait pour se sentir mieux et se reconstituer afin de redonner une surface vivable. Comme quoi comme dit un adage à quelque chose malheur est bon.

L’heureuse conséquence du confinement qui nous confine et nous étouffe tous est que la pollution a presque diminué dans tout l’étendue du territoire mondiale. Les voitures et les usines qui émettaient des effets de serre étant tous en repos en raison du confinement, l’air semble un peu pur en ce moment.

Les poissons se multiplient dans les eaux, les animaux sortent sans craindre les monstres que nous sommes nous les hommes. Quel contraste cela dénote.

Et si le COVID 19 était juste un signal d’alarme de la nature nous rappelant nos responsabilités envers la nature dont nous avons hérité sans en être les maitres. Certes qu’à l’homme Dieu à donner la possibilité de dominer toutes les créatures vivantes aux cieux et sur la terre, mais a-t-il demander de détruire la terre comme nous le faisons? Non. Bien plus le déni de nos responsabilités envers notre famille, nos enfants et la société tout entière devrait nous interpeller. Lorsque Dieu a donné la terre aux humains par le truchement de nos premiers parents Adam et Eve ils leurs à aussi assigner des responsabilités : EN PRENDRE SOIN ET NON LA POLLUER ET LA DETRUIRE.

La conséquence de notre destruction s’est vue au travers des siècles, les cris des opprimés n’ont rien changé à l’effet expansionniste et capitaliste qui prédomine en nous. Même les cris des enfants qui s’insurgent et s’offusquent de la pollution n’ont rien changés. Certainement que la nature a voulu reprendre droit de cité et voilà, il a fallu d’un rien. Peut-être ce mal devenu mondial arrive pour que nous réalisons ce qui est important pour nous. Alors que nous nous sentons confiné, la nature respire à plein poumon. La planète réclame des droits cela devrait nous servir de leçon pour nous les humains qui allons toujours plus loin pour la détruire.

Ravisons-nous et revenons aux bons sentiments. Si nous voulons laisser un héritage sain a nos enfants, commençons par nous discipliner. Si c’est vrai que « la plus grande des étrangetés ne dure pas plus de trois jours » comme disent certains, j’espère que le fléau fini au lieu de remettre les gaz et accélérer la reconstruction de ce qui s’est rétabli afin de rattraper le retard comme diront certain, nous accepterons la situation comme tel et en profiteront afin de le laisser en héritage à nos enfants.

Devrait-on faire le confinement plus souvent afin de protéger notre planète? La réponse serait non, les conséquences économiques sont énormes diraient les capitalistes et les hommes d’affaires. Mais voyez vous le créateur de cette mère nature à son plan. La terre ne sera jamais complètement détruite par les humains, car comme il le précise dans la bible, il viendra une heure où il détruira ceux qui ruine la terre.

Lucienne Béatrice KOUA DUBÉ

Btit Ngkobé Consulting

LA RÈGLE D’OR : Sauver notre vie et celles d’autres. Nous aimer et aimer les autres. En se protégeant on sauve non seulement des vie amis notre vie aussi.

Être soutenu, informé, orienté: Quelques exemples d’activités en ce moment de confinement avec nos enfants.

En ce moment de confinement, c’est difficile pour nous les parents d’y faire face parce que nous sommes déjà stressés: la peur, la panique nous habite et on se demande est-ce que nous sortirons survivant de cette catastrophe mondiale? Eh bien oui nous nous en sortirons si nous respectons les consignes. Mais avant tout pensons à nos enfants.

Est-ce que je vivrai encore demain? imaginez la situation de nos petits cocos en ces moments. Sans compter nos médecins, les infirmiers et tous le corps médical qui doit y faire face et se fatigue de plus en plus et peut être même se faire infecter contact permanent avec ces cas et de se demander si eux même n’y passeront pas. Nous leur tirons notre chapeau.

Mais voilà pour ce qui est des enfants et surtout des enfants ayant des difficultés (Autiste, Sourd, Muets, Trouble, d’apprentissage, DTAH, TSA, pour ne citer que ceux-là ont besoin d’être occupés pour pouvoir gérer au mieux leurs stress. Quoi de plus important que de créer des jeux afin de les occuper et vider leur trop plein d’énergie, le confinement et réduire le stress.

Il serait donc important de privilégier des interactions avec eux mais comment s’y prendre vous vous le dites. On ne doit pas sortir, on ne peut rien faire.

Non chers parents vous pouvez faire plein de jeux avec eux à la maison.

 Vous pouvez leur proposer des jeux de société et surtout des jeux d’arts et sensoriel que tous les enfants adorent.  Mais surtout éviter les jeux de contact et les jeux sans matériel : massages, chansons, chatouilles… Vous pouvez leur demander de tourner, de sauter ou de vous chercher. En plus de vous occuper d’eux, le confinement vous aide également de partager du bon temps et des moments privilégiés avec lui. Une panoplie d’eux s’offrent a vous partant des jeux d’intérieurs aux jeux d’extérieurs et même privilégiées aussi des jeux personnelles.

Comme jeu de société :

  • Privilégier les jeux de Scrabbles, Monopoly, Cartes et autres pour enfants avec des lettres, cartes et des planchettes ce qui facilite le jeu. Profitez pour leur parler de la propreté en ce moment en leur montrant comment nettoyez les planchettes, les pions et vous verrez combien le temps passe vite. Vous pourrez également jouer à QUI-SUIS-JE avec les images afin de les faire verbaliser. Ceci à l’avantage de travailler avec votre enfant en vous amusant et cela les aident également pour ceux qui ont des problèmes de motricité fine de la travailler et même de développer son apprentissage des chiffres et des nombres avec le principe de chacun son tour.
  • Faire aussi des jeux de rôle ou chacun joue un rôle. peut-être comme ce sont les vacances jouer à l’enseignant.e et les autres aux élèves ou si vous êtes chrétien jouer des personnages Biblique

Comme jeux d’extérieurs

  • Si le temps est beau, envoyez les dehors dans l’arrière de la cour jouer dans le Bac de sable, au jet d’eau, ou faire des dessins ou écrire sur une ardoise.
  • Prenez une petite marche dans la forêt avec eux en leur demandant de bien observer et vous décrire ce qu’ils voient tout en leur expliquant à l’avance la destination à respecter si vous rencontrez des personnes.
  • Avez-vous le trampoline, des cordes à sauter à la maison, des balançoires, faites des jeux de courses (Qui SERA LE PREMIER) avec eux vous verrez qu’ils seront heureux d’avoir passé ce temps avec vous.  Ou mieux encore ont-ils une cabane dans l’arbre, c’est le temps d’aller l’explorer avec eux. Vous travaillerez ainsi leur motricité globale. Ils vont se fatiguer, ne verront pas le temps passer, et vont s’endormir. Vous serez tous heureux.

Solutions en absence de ces jeux.

  • Certains me dirons nous n’avons pas tous les mêmes moyens de nous les offrir, mais vous savez on peut être heureux avec si peu et malheureux avec beaucoup. Tout est dans la tête. Je me souviens mon enfance En Afrique et combien j’étais heureuse de jouer au MALIN, appelé ici la MARELLE, nous jouons nous les filles à tresser sur le gazon, à jouer aux billes, et aux cailloux appelé au Cameroun NDON qui travaille en effet, non seulement la motricité fine et globale mais aussi l’équilibre entre les mouvements le contact visuel et la coordination œil- main.
  • Lisez les livres avec eux. Qu’ils sachent lire ou non, tous en enfants adorent entendre les adultes leur faire de la lecture. Mais réduisez le temps 10 min au plus. Car leur attention dans ce genre de jeu disparais très vite mais vous pouvez le rendre plus intéressant en le lisant de façon comique comme si s’était du théâtre soit changer le ton et le débit de la voix en fonction du personnage.
  • Les tablettes sont d’un grand secours maintenant, mais seulement limiter le temps à y passer afin de ne pas les rendre dépendant. Il s’y trouve des panoplies d’applications ludiques et de sites éducatifs ainsi que sur ordinateur. Tous les enfants adorent passer du temps devant ces écrans.
  • Arts créatifs et jeux sensorielle : pâte à modeler, peintures (avec les doigts ou les pieds ou la brosse à dents, feuilles à dessins, perles pour faire des bracelets, découpage et autres de votre choix, voir même tricotage, ballons gonflables, laissez-les jouer avec ces ballons dans de l’eau.
  • Les activités cuisine ou pâtisserie : elles sont souvent appréciées des enfants, notamment parce qu’elles ont un but précis et motivant. De même, les activités cuisine sont souvent attrayantes au niveau sensoriel.
  • Les jeux à faire seul : il est également important que votre enfant apprenne à jouer seul. Cela se fera par étapes, sur de très courtes durées au début qui augmenteront ensuite progressivement.

Should we hide the truth or our stress from our children and adolescents?

Love doesn’t need to be perfect; it just needs to be true.

I Communication as an unwavering link

As the parent of a child who has become a teenager, my categorical answer: no, we have to tell them the truth. We must tell them how society perceives things. The better you create a relationship of close communication, the better it will be for them an anchor for their future. Do not think that by overprotecting them, you are doing them good, on the contrary you are pushing them more.

Look, for example, when my little girl was still like three apples, she came back from school and I asked her to do her homework. And I volunteered to help him. But when it came a time for reading, she replied:

– I can’t read mom;

– and then at school, they told me to do my best, but you ask me a lot.

But I replied:

– At school, your teacher has several children in front of her.

– But here at home, I only have you and I have all my time for you. To this I add words of encouragement because she was already 9 years old and experienced daily bullying. This is why I had words of encouragement for her that restored her self-confidence.

– I know you are capable, you will end up appropriating these words, you are stronger than them and smarter than you think or better than you are made to believe.

– It’s not magic.

– I imagine that for you it is a huge obstacle, but as you get used to the words, you will see it will be easy. And now in grade 9 she is a good reader. Her reading is still not very perfect, but persistence ended up paying off. She is also proud of it.

Dear parents, read to your children every day even if it is for 10 min. They will grab what they can and leave what is too hard for them, but in the end even the hardest will become as light as the others.

You’ll say we don’t have time. Try to do it when you go shopping with them in supermarkets, or when you accompany them to their games, read the words written on the signs of buildings and signs and ask them to repeat, read the labels of the goods with them.

When you do the dishes ask them to repeat after you the names of utensils, plates, dishes, spoons, forks, ladles, two words a day are enough. Or better when empty the bags from the market play who will find the longest word of the shopping you have done together. Or when you tidy up their room with them switch to the game of clothes and bedding. I will better if you are already have images that allow them to better understand what you are talking about. You will see that they will begin to take over the language. Don’t wait for the results after the fact. It may take time and longer, but it is worth the effort.

II – Teach them how to get autonomy, to socialize: they will stand on their own two feet

Returning back to the fact of communication, good communication avoids overprotection which can only handicap them because it will happen one day, when you will no longer be there. What will they do then? Prepare them for the future of tomorrow, they will be very grateful and proud of you just like you. Get them used to your everyday reality.

Think about it, today everyone is talking about the Coronavirus, take the opportunity to talk with them because they are already anxious by nature and you are their only guide and if your anxiety is not explained. They will imagine the worst. Take them for a walk. Explain to them why the streets are empty. Tell them how to avoid the danger of this disease.

Some will tell me my child does not speak, my child does not understand. We always imagine that. But in fact, they have their own languages ​​which we need to learn to communicate better with them and which better than their parents need to know. Let’s use their language to speak to them and explain things.

Do not expect miracles but celebrate each small success because the first goal is their socialization, their autonomy and their integration into the corporate life that we all know is pitiful.

First, we all know, this world is already pitiful for us because it does not give us gifts, even less for them. This is why we often believe we are helping them by overprotecting them, no, let’s kid evolve lead themselves. They must learn from their mistakes and get up; fall again and rise again. Let’s just be the crutch they can lean on in times of distress like our parents were for us. Thus, we will have accomplished our mission.

We sometimes give up, fatigue, too much stress, the feeling of other people’s gaze, but dear relative, don’t pay attention. Even normal ones often arouse criticism how often those who will be different. It is not easy; I agree to have gone through my period of mourning. But I assure you that I am enjoying today’s successes and the happiness that my patience and persistence produce. Because I assure you especially for those who have learning difficulties do not forget, the brain is a muscle. It atrophies if it is not maintained. When it is work, you have the results afterwards. If it is not 100%. You will still have it at 75%, even 80% why not 100%. Believe in your coconuts and they will hatch.

L. Beatrice Koua Dubé

Btit Ngkobé Consulting

EED Specialist (Childhood Difficulty)

 Mother with disability child.

Should we hide the truth or our stress from our children and adolescents?

Faut-il cacher la vérité ou notre stress à nos enfants et Adolescents?

L’amour n’a pas besoin d’être parfait, il a juste besoin d’être vrai.

I – Communication comme lien indéfectible

En tant que parent d’un enfant devenu adolescent, ma réponse catégorique: non nous nous devons ce leur dire la vérité. Nous nous devons de leur dire comment la société perçoit les choses. Mieux vous créez une relation d’étroite communication, mieux ce sera pour eux un point d’ancrage pour leur avenir. Ne pensez pas qu’en les surprotégeant, vous leur faites du bien, au contraire vous les enfoncez plus.

Tenez par exemple, quand ma petite fille était encore petite comme trois pommes, elle est revenue de l’école et je lui ai demandez de faire ses devoirs. Et je me suis proposée de l’aider. Mais voilà lorsqu’il s’agissait de faire la lecture, elle me répondait:

– Je ne sais pas lire maman;

– et puis à l’école on me demande de faire de mon mieux mais toi tu me demande beaucoup.

Mais je lui répondais:

  •  À l’école, Mme ton enseignante a plusieurs enfants devant elle.
  • Mais ici à la maison je n’ai que toi et j’ai tout mon temps pour toi.  À cela j’ajouter des mots d’encouragement car elle avait déjà 9 ans et vivait l’intimidation au quotidien. C’est pourquoi j’avais pour elle des mots d’encouragements qui lui redonnait confiance en elle.
  • Je te connais capable tu finiras par t’approprier ces mots, tu es plus forte qu’eux et plus intelligente que tu le crois ou mieux qu’on te le fait croire.
  • Ce n’est pas de la magie.
  •  J’imagine que pour toi c’est un obstacle énorme, Mais au fur et mesure que tu vas t’habituer avec les mots, tu verras ce sera facile. Et, aujourd’hui rendu en 9e année elle lit. Sa lecture n’est toujours pas très parfaite, Mais la persévérance a fini par payer. Elle en est fière aussi.

Chers parents, lisez chaque jour à vos enfants même si c’est pour 10 min. Ils saisiront ce qu’ils pourront et laisseront ce qui est trop dure pour eux mais vers la fin même les plus dur deviendrons aussi léger que les autres.

Vous allez dire nous n’avons pas du temps. Essayez de le faire quand vous faites des courses avec eux dans les dans les grandes surfaces, ou lorsque vous les accompagnez à leurs jeux, lisez les mots écrits sur les enseignes des édifices et des pancartes et demandez-leur de répéter, lisez les étiquettes des marchandises avec eux.

Lorsque vous faite la vaisselle demandez ; leur de répéter après vous les noms des ustensiles, assiettes, plats, cuillères, fourchettes, louches, deux mots par jours sont assez suffisants. Ou mieux encore videz les sacs du marché jouez à qui trouvera le plus long mot des emplettes que vous avez effectuez ensemble. Ou lorsque vous rangez leur chambre avec eux passez au jeu des vêtements et des literies peut être même que vous avez déjà des images qui leur permettent de mieux saisir de quoi vous parler. Vous verrez qu’ils commenceront à s’approprier le langage. N’attendez pas les résultats après coup. Cela peut prendre du temps mais cela en vaut la chandelle.

II – Apprenez leur l’autonomie, la socialisation : ils voleront de leurs propres ailes

Mais revenons au fait de la communication, une bonne communication évite la surprotection qui ne peut que les handicaper car il arrivera un jour ou vous ne serez plus là. Que feront-ils alors? Préparez les pour l’avenir de demain, ils vous en seront très reconnaissant et fière de vous tout comme vous. Habituez les a votre réalité quotidienne.

Pensez-y, aujourd’hui tout le monde parle du Coronavirus profitez pour en parler avec eux car ils sont déjà anxieux par nature et vous êtes leur seul repère et si votre anxiété n’est pas expliquée. Ils vont s’imaginer le pire. Emmenez les marcher. Expliquez-leur pourquoi les rues sont vides. Dites leur comment éviter le danger de cette maladie.

Certains me diront mon enfant ne parle pas, mon enfant de comprend pas. Nous nous imaginons toujours cela. Mais en fait, ils ont leurs langages propres à eux que nous nous devons d’apprendre pour mieux communiquer avec eux et qui mieux que leurs parents se doivent de le connaitre. Utilisons leur langage pour leur parler et expliquer les choses.

Ne vous attendez pas à des miracles mais célébrez chaque petite réussite car le but premier c’est leur socialisation, leur autonomie et leur intégration dans la vie sociétaire que nous savons tous est pitoyable.

D’abord nous le savons tous, ce monde est déjà pitoyable pou nous car il ne nous fait pas de cadeaux, combien de fois pour eux. C’est pourquoi nous croyons souvent les aider en les surprotégeant, non ne nous leurrons pas. Ils doivent apprendre eux même de leurs erreurs et se relever; tomber encore et se relever encore. Soyons juste la béquille sur laquelle ils peuvent s’appuyer en cas de détresse comme l’a été nos parents pour nous. Ainsi nous aurons accompli notre mission.

Il nous arrive de baisser les bras peut être, la fatigue, le trop plein de stress, le ressenti di regard des autres, mais cher parent ne prêtez guerre attention. Même ceux normaux suscite souvent des critiques combien de fois ceux qui seront différents. Ce n’est pas facile, je conviens pour être passé par ma période de deuil. Mais je vous affirme que je savoure les réussites d’aujourd’hui et le bonheur que ma patience et ma persévérance produisent. Car je vous assure surtout pour ceux qui ont des difficultés d’apprentissage ne l’oublier pas, Le cerveau est un muscle. Il s’atrophie s’il n’est pas entretenu.  Quand il est travail, vous avez les résultats par la suite. Si ce n’est pas à 100%. Vous l’aurez quand même à 75 %, voire 80 % pourquoi pas 100%. Croyez en vos cocos et ils vont éclore.

L.Béatrice Koua Dubé

Btit  Ngkobé Consulting

Spécialiste EED (Enfance En Difficulté)

 Mère d’enfant différents.

Coronavirus et Anxiété/Coronavirus and Anxiety

Before anything else, my thoughts go to those who lost a family member in this Coronavirus Pandemic. Yes, it is lightning and stunning. It seems to run faster than our thoughts.
It creates psychosis and anxiety to an unimaginable degree that borders on psychosis. You had to see the race for toilet paper, water for food supplies, hygienic hand sanitizer (disinfectant) in the country on Thursday and which is still going on despite warnings not to fear a food shortage.
When death is on the horizon then we all become aware of the importance of life and seek at all costs to stay alive. But the anxiety that accompanies all this feverishness can also cause death. Hence the need to follow the guidelines.
No one is spared: children, adults, the elderly, the Sick and many more our little coconuts who constantly suffer from anxiety.
With AIDS it was your choice of sexual freedom, but with Coronavirus whether you like it or not, you have a chance of getting infected. So let’s be careful.

 

HOW TO COPE:
But how can you help them by not adding to what they already endure every day.
I- FOLLOW THE RULES ISSUED BY THE AUTHORITIES OF YOUR COUNTRY
• Avoid traveling and going out to other countries because it is easily and quickly transmitted.
• Do not visit those who are returning from a trip (even someone dear to you);
• If you are returning from a trip, quarantine yourself and if you experience symptoms, call the appropriate department immediately.

II- RESPECT THE HAND WASHING INSTRUCTIONS recommended by the WHO (World

Health Organization): Links to view hand washing in English and French.

For those who cannot wash their hands with soap, the Sanityzer for the hands.
If you could not buy one like I did yesterday, You can still buy ALOES VERA as you remove the juice and add it to the alcohol and see it served.
• Buy a mask if you are already infected.
• Always do not keep the tissues with which you have blown on you
• Wipe all dusty surfaces prolific crop fields
• Drink lots of water
• Ask the children not to greet people or kiss people who arrive at home.
• Sneeze or cough in his elbow or in the side of his clothing;
• Change your clothes when you get home and don’t put them in the basket of dirty clothes;
• Put it directly in the wash.
• No kiss or hug to children without you being cleaned first.
• If you notice a change in the child’s behavior,
III- Immediately call the service set up for support.
• Call the service as soon as you feel an incessant cough and sore throat with feeling of tiredness (In Canada it is 811 or health service Canada for other countries, I think there is also a service at this effect)
• Avoid calling for minimal reasons, simple cold without consequences.

CORONAVIRUS PANDEMIC: HOW TO OVERCOME ANXIETY/CORONAVIRUS PANDEMIC: HOW TO OVERCOME ANXIETY

 

Avant tout autre chose, ma pensée va vers es personnes ayants perdues un membre de leur famille dans cette Pandémie du Coronavirus. Eh oui, il est foudroyant et renversant. Il semble courir plus vite que nos pensées.

Il crée la psychose et l’anxiété a un degré inimaginable qui frise la psychose. Il fallait voir la course aux papiers hygiéniques, eaux ravitaillement alimentaire, nettoyant (désinfectant) hygiénique pour les mains dans le pays jeudi et qui se poursuit encore malgré les avertissements de ne pas craindre une pénurie alimentaire.

Quand la mort pointe à l’horizon alors nous devenons tous conscient de l’importance de la vie et cherchons à tout prix de rester en vie. Mais l’anxiété qui accompagne toute cette fébrilité peut aussi causer la mort. D’où la nécessité de suivre les directives.

Personne n’est épargnée : enfants, adultes, personnes âgées, Malade et bien plus nos petits cocos qui souffrent constamment de l’anxiété.

Avec le SIDA c’était au choix de votre liberté sexuelle, mais avec Coronavirus que vous le vouliez ou pas, vous avez une chance d’être infecté. Donc soyons prudent.

COMMENT Y FAIRE FACE:

Mais comment les aider en ajoutant pas à ce qu’ils endurent déjà tous les jours.

I- SUIVRE LES RÈGLES ÉMISES PAR LES AUTORITÉS DE VOTRE PAYS

  • Éviter des déplacements et sortir vers d’autres pays car il se transmet facilement et rapidement.
  • Ne rendez pas visite à ceux qui reviennent d’un voyage (fusse une personne qui vous soit chère);
  • Si vous revenez d’un voyage, mettez vous en quarantaine et si vous ressentez les symptômes, appelez immédiatement le service établi à cet effet.

 

II- RESPECTER LES CONSIGNES DE LAVAGE DES MAINS préconisés par L’OMS (Organisation mondiale de la santé) : Les liens pour visualiser le lavage des mains en anglais et en francais.

https://www.youtube.com/watch?v=2FjRZbbnZaI&feature=youtu.be

https://www.youtube.com/watch?v=3PmVJQUCm4E&feature=youtu.be

Pour ceux qui ne peuvent pas se laver les mains avec du savon, le désinfectant (Sanityzer) pour les mains.

Si vous n’avez pas pu vous en acheter un comme ce fut mon cas hier, Vous pouvez toujours acheter de l’ALOES VERA que vous retirez le jus et l’ajouter à l’alcool et vus en servir.

  • S’acheter un masque si vous êtes déjà infecté.
  • Toujours ne gardez par sur vous les mouchoirs avec lesquels vous vous êtes mouché
  • Essuyer toutes les surfaces poussiéreuse champs de culture prolifiques
  • Boire beaucoup d’eaux
  • Demander aux enfants de ne pas saluer les gens ou embrasser les gens qui arrivent à la maison.
  • Éternuer ou tousser dans son coude ou dans le pan de son vêtement;
  • Changer vos vêtements lorsque vous arrivez à la maison et ne le mettez pas dans le panier des linges sales;
  • Passez-le directement au lavage.
  • Pas de bisou ni d’embrassade aux enfants sans vous êtres au préalable débarbouillé.
  • Si vous constatez un changement dans le comportement de l’enfant,

III- Appelez immédiatement le service mis en place pour la prise en charge.

  • Appelez le service dès que vous ressentez une toux et un mal de gorge incessant avec sensation de fatigue (Au Canada c’est le 811 ou service de santé Canada pour les autres pays, je pense qu’il y a aussi un service à cet effet)
  • Éviter d’appeler pour des raisons minimes, simple rhume sans conséquences.

 

CHRONICLE OF DIFFERENT PARENTS / CHILDREN: TO BE OR NOT TO BE?

Being a parent with a special need is not at all a pleasure. It is above all to be or not to be. Yes, being a parent has special needs, it also often means forgetting the joys of teaching. Which are often a nice newsletter at the end of the year, Study trips planned by the child, Future Plans all laid out, It’s not expecting to receive a special award or scholarship from him. No congratulations from his teacher who is overwhelmed with the weight of the work to be done, Nor be cited as an example to imitate or follow. And why? because, by chance, He chose to be born different and he pays the price. But the height is that he, because of his difference Do not feel or hear the ignominy that is said about him. He is not aware of the wickedness of humans Because God endowed him with a sweet and generous heart, And when others or the world in general and in particular adults laugh at him, He laughs with them because he thinks he did something magnificent. Why adults because it is them because of their words that transmit rejection to children, They transmit hatred to them, They convey indifference to them through their words. Children are above all innocent people who only reproduce what adults say and show. If it is true that when you laugh at a different child he laughs with you, let us think that this child has parents of brothers and sisters whose laughter or petty smile breaks their hearts because they are aware of your wickedness and suffer it in his being. But to be a parent of different children is to be happy to have given birth to a child. It’s a joy to savor that you don’t care too much about the deviation. It’s also to be happy to be called all your life mom or dad Among other things, it’s also the joys and pleasures of having to talk with him all the life whatever their ages, It’s also the joy of knowing that you will never lose it That if everyone abandons you, he will always be loyal to you. It’s the incredible happiness of being a mother or father, a teacher, a guide and a mentor. One of the joys of knowing that you will be grateful for your efforts And let him be aware of the sacrifices and the love you have for him. But then, the reality, Don’t wait for your child to tell you mom I received an award! It’s forgetting the joys of special announcements from school, It is to be regarded as plague victims As if it was you who chose to have your child born as it was born. Only you must not be put down. Being a parent of a different child is also suffering in place of your child Because in fact he does not feel and see the meanness of others But you see it. Being a parent of a different child is not being invited with the other parents because yours is different. It is also to be seen by adults as a pain in the ass because you see their hypocrisy very quickly Because in fact the children in themselves are not mean, it is the adults who are. Being a parent of different children means forgetting the good class notes. Who is the pride of others and sometimes inflated with pride? Notes for which you are looked from below. These are sleepless nights trying to teach him The path of life without fear of its loss. To be the parent of a different child is to have the joy of directing your child towards the path of life, peace, joy and happiness in the little moments you cherish living with him. If we all live like in the world of children, No difference should be made known. The evidence, even the name assigned to them, speaks volumes about the situation. It is a difference already created by us adults: Children in difficulty, children with special needs, children with limits, children with disabilities. Much more in this panoply of name there is also a classification this always involving the concern of categorization and stigmatization. Imagine the day of a child like this at school or he is rejected because he is different? And then it is recognized it is, but did we have to drive in the nail and categorize them? How do you want a child like this socialist even when he is rejected by others? Have you never learned that socialization is bilateral and that if it is only in one direction, it weighs? It inevitably leads to demotivation, dropping out of school. How can I be motivated if I never get a compliment for the great, amazing work that I will do because I work hard so that I don’t sometimes reach even the average student in the class? He will never come back: hence the dropout. Whose fault is it, him or the system? You ask me to self-regulate, Learn autonomy, while you stick me an adult who follow me all day, Showing by this very fact that I am different and not like the others. He tells me what to do and not to do, I can never become independent. You tell me I don’t collaborate. How can I collaborate if I am rejected by all? Well yes, we always think they don’t realize anything, think again they suffer from it inside. This is how they experience anxiety daily. They know that they are being judged, intimidated and that it is always their fault Why? Because when they go to complain about what they’re going through, The first question is: do you say to stop? Do you take a bath every day? Do you use deodorant? Because we said you smell. Are you going to work with your friends? Do you think you shouldn’t …? Never again, why did we do this to those child? That they do not meet the profile of the perfect student who receives praise. That they will never be the same as others As a result, dropping out increases over time and the risk of suicide increases. So, I admire these parents who take it upon themselves to withdraw their children from the institutions and teach them at home. It’s an act of bravery to congratulate. Because it’s selflessness, a sense of sacrifice and a lot of love. When you laugh at a different child marginalizing by parents, Do not think he is laughing because he cannot see, he can see very well but he has the strength that you do not have to internalize the situation and accept it because he knows he can do nothing to switch it. And, are you surprised that he doesn’t socialize and lives in his own bubble? Can you feel excluded and socialize? By what alchemy? You’re different, and you’re noticed, You are different and even the teachers make it known by their actions. You are different and everyone treats you differently and then you are asked to work on socialization as he is the one causing problem. Yes, we must review and think about the society in which these children live. Inclusion is beautiful but it is only a utopia whether you like it or not, they are already excluded because of their categorization.

L.B Koua Dubé. Disability Child specialist

CHRONIQUE DE PARENTS ENFANTS DIFFÉRENTS : ÊTRE ou ne pas ÊTRE?

Être parent d’enfant à besoin particulier n’est pas du tout une partie de plaisir. C’est avant tout être ou ne pas être.

Oui être un parent d’enfant a besoin particulier, c’est aussi souvent oublier les joies de l’enseignement. Qui sont souvent un beau bulletin en fin d’année,

Les voyages d’études programmés par l’enfant,

Les projets d’avenir tout tracés,

C’est ne pas s’attendre à recevoir un prix spécial ou une bourse d’étude venant de sa part.

Pas de félicitations de son professeur qui croule sur le poids du travail à faire,

Ni être cité comme un exemple à imiter ou à suivre.

 

Et ce pourquoi? parce que, par un coup de hasard,

Il a choisi de naître différent et il en paye le prix.

Mais le comble c’est que lui, du fait de sa différence

Ne ressent ni n’entend les ignominies qui se disent sur lui.

Il n’est pas conscient de la méchanceté des humains

 

Car Dieu l’a doté d’un cœur doux et généreux,

Et lorsque les autres ou le monde en général et en particulier les adultes rient de lui,

Il rit avec eux car il croit qu’il a fait quelque chose de magnifique.

 

Pourquoi les adultes parce que c’est eux de part leur paroles qui transmettent aux enfants le rejet,

Ils leur transmettent la haine,

Ils leur transmettent l’indifférence par leurs propos.

 

Les enfants sont avant tout des innocents qui ne reproduisent que ce que disent et montrent les adultes.

Si c’est vrai que quand tu ris d’un enfant différent il rit avec toi, pensons que cet enfant a des parents des frères et sœurs dont ce rire ou ce sourire mesquin brise le cœur car eux sont conscient de votre méchanceté et la subit dans son être.

Mais être parent d’enfants différent c’est être joyeux d’avoir mis au monde un enfant

C’est être joyeux de savourer que tu ne te soucie pas trop de la déviation.

C’est aussi être joyeuse d’être appelé toute ta vie maman ou papa

 

C’est entre autres aussi les joies et les plaisirs de devoir discuter avec lui toute la vie quelque soit leurs âges,

C’est aussi la joie de savoir que tu ne le perdras jamais

Que si tout le monde t’abandonne, lui du reste te sera toujours fidèle.

C’est le bonheur inouï d’être la mère ou le père, l’enseignante ou l’enseignant, le guide et le mentor.

C’est entre autres le bonheur de savoir qu’il te sera reconnaissant des efforts que tu fais

Et qu’il conscient des sacrifices et de l’amour que tu lui porte.

 

Mais alors, la réalité,

N’attend pas que ton enfant te dise maman j’ai reçu un prix!

C’est oublier les joies des annonces spéciaux venant de l’école,

C’est être regardé comme des pestiférés  

Comme si c’est toi qui as choisi que ton enfant naisse comme il est né.

Seulement il ne faut pas se laisser abattre.

 

Être parent d’enfant différent c’est souffrir aussi à la place de ton enfant

Parce qu’en fait il ne ressent et ne voit pas la mesquinerie des autres

Mais toi tu le vois.

 

Être parent d’enfant différent c’est ne pas être invité avec les autres parents car le tien est différent.

C’est aussi être vu par les adultes comme une emmerdeuse parce que tu vois très vite leur hypocrisie

Car en fait les enfants en soi ne sont pas méchant, ce sont les adultes qui le sont.

Être parent d’enfants différents c’est oublier les belles notes de classes.

Qui font la fierté des autres et les gonflés parfois d’orgueil

Notes pour lequel tu es regardé de dessous.

Ce sont des nuits sans sommeil à vouloir lui apprendre

Le chemin de la vie sans pour autant redouter sa perte.

 

Être parent d’enfant différent c’est avoir la joie de diriger son enfant vers le chemin de la vie, la paix, la joie et le bonheur des petits instants que tu chéris à vivre avec lui.

 

 

 

 

Si nous vivions tous comme dans le monde des enfants,

Aucune différence ne devrait se faire savoir.

La preuve, même le nom qui leur est assigné en dit long sur la situation.

C’est une différence déjà créer par nous les adultes : Enfants en difficultés, enfants à besoins spéciaux, enfants ayant des limites, enfants ayants des handicaps. Bien plus dans cette panoplie de nom il y a aussi une classification ceci entraînant toujours le soucie de catégorisation et de stigmatisation.

 

Imaginez la journée d’un enfant pareil à l’école ou il est rejeté parce qu’il est différent?

Et puis c’est reconnu il l’est mais avait-on à enfoncer le clou et les catégoriser? 

Comment voulez qu’un enfant comme celui-là socialiste alors même qu’il est rejeté des autres?

N’avez-vous jamais appris que la socialisation est bilatérale et que si c’est seulement dans un sens, il pèse?

Il entraîne inéluctablement la démotivation, le décrochage scolaire.

Comment puis-je être motivé si je ne reçois jamais de compliment du beau travail extraordinaire que je ferai parce que moi je travaille dur pour ne pas parfois atteindre même l’élève moyen de la classe?

Il n’en reviendra jamais : d’où le décrochage.

A qui la faute, A lui ou au système?

Vous me demandez autorégule toi,

Apprend l’autonomie, alors que vous me collez un adulte qui me suis durant toute la journée,

Montrant de ce fait même que je suis différent et pas comme les autres.

Il me dit quoi faire et pas faire, Je ne pourrai jamais devenir autonome.

Vous me dites je ne collabore pas.

Comment puis-je collaborez si je suis rejeté par tous,

Eh oui bien que nous pensions toujours ils ne se rendent comptent de rien, détrompez-vous ils en souffrent à l’intérieur.

C’est en quoi ils vivent l’anxiété au quotidien.

Ils savent qu’ils sont jugés, intimidé et que la faute leur revient toujours

Pourquoi?

 

Parce que lorsqu’ils iront se plaindre de ce qu’ils vivent,

La première question c’est est-ce que tu as dit d’arrêter?

Est-ce que tu te laves tous les jours

Est-ce que tu mets du déodorant? Parce qu’on a dit tu sens.

Est-ce que tu tuas travailler avec tes amis?

Est-ce que tu penses qu’il ne faut pas…

Jamais pourquoi avez-vous fait ça à cette personne.

 

Qu’ils ne répondent pas au profil de l’élève parfait qui reçoit des éloges.

Qu’ils ne seront jamais pareils aux autres

Aussi le décrochage s’accentue au fil du temps et le risque de suicide s’accroît.

 

Aussi j’admire ces parents qui prennent sur eux de retirer leurs enfants des institutions et de les enseigner à la maison.

C’est un acte de bravoure à féliciter.

Car c’est de l’abnégation, du sens du sacrifice et beaucoup d’amour.

 

Quand vous riez d’un enfant différent marginaliser ses parents,

Ne croyez pas qu’il rit parce qu’il ne voit pas, Il voit très bien mais il a la force que vous n’avez pas d’intérioriser la situation et de l’accepter car il sait qu’il ne peut rien y changer.

Et, vous vous étonnez de ce qu’il ne socialise pas et vit dans sa bulle a lui?

 

Pouvez-vous vous sentir exclu et socialiser? Par quelle alchimie?

Vous êtes différent, et on vous le fait remarquer,

Vous êtes différent et même les enseignants le font savoir par leurs actes.

Vous êtes différent et tout le monde vous traite différemment et après on vous demande de travailler la socialisation comme si c’est vous le problème.

Oui il faut revoir et penser la société dans laquelle évolue ces enfants.

 

L’inclusion c’est beau mais n’est qu’une utopie que vous le vouliez ou pas, ils sont déjà exclus du fait de leur catégorisation.

 

L.B Koua Dubé.

Spécialiste EED

 

J’ai commencé cet article pour pouvoir aider en privé des parents de groupe Facebook et bien d’autres partenaires d’éducation dont mon expertise peut les être utile pour l’avancé des enfants passant par des conditions d’apprentissages difficiles et leur apporter non seulement mon soutien, mais aussi les diriger vers les ressources nécessaires et les conseils idoines.

Il s’agit de votre tout premier article Cliquez sur le lien Modifier pour le modifier ou le supprimer ou commencez un nouvel article. Si vous le souhaitez, utilisez cet article pour indiquer aux lecteurs pourquoi vous avez commencé ce blog et ce que vous envisagez d’en faire. Si vous avez besoin d’aide, adressez-vous aux gentils utilisateurs de nos forums.