Blog

Le ravage du confinement sur les enfants ayant des difficultés : confinement et santé mental, le juste milieu est-ce possible?

Depuis quelque temps lorsque je fais des conférences et des ateliers, je constate que beaucoup de parents se soucie de la sante mentale de leurs enfants en difficulté qui va grandissante du fait du confinement. Anxiété grandissante des jeunes, surmenage pour les parents… surtout avec ceux souffrant d’autisme, de troubles physiques et de trouble de comportement (DTAH) pour ne citer que ceux-là. La charge de santé mentale est lourde à porter pour eux. Si déjà les jeunes qui sont sans handicap souffrent du confinement combien plus forte raison eux! Que faire donc, quels soutiens ont-ils? De l’aide financière certes mais l’aide morale et le soutien constant sont absent. Mais comment en faire face? C’est vrai que pour des enfants ayant des besoins particuliers, il est vraiment pénible pour eux de rester enfermés aussi longtemps. Ceux souffrant de l’hyperactivité ne peuvent pas rester sur place sans bouger et se concentrer. Ils ne peuvent pas rester sur place pendant de nombreuses heures à rien faire. Il est important pour que nous préparons à ces éventualités et périodes en étant proactifs, faisons-nous des réserves pour les temps de détresses et de confinement. Repensons autrement la vie de famille. Achetons-leur des outils (matériels) de stress tels que les ballons de stress, les élastiques… afin de leur permettre de s’en occuper et se concentrer. Nous devions les avoir constamment à la maison car le virus n’est pas encore définitivement éradiqué et les périodes de confinement peuvent toujours revenir en fonction de la progression des cas. Mais ce que nous ne devons pas oublier chers parents c’est qu’il s’agit d’abord d’une question de santé physique qui va de pair avec la santé mentale. Peut-on être malade et avoir une santé mentale forte? Oh que non, les contraintes de la vie nous obligent souvent à faire des choix cornéliens, mais bénéfiques et ne nous y trompons pas, ainsi va la vie, Être ou ne pas Être. C’est toujours une question de choix. Nous devons surveiller nos enfants avec des classes en lignes, en même temps faire votre travail en ligne, chose pas facile. Bien plus, les enfants à besoins sont on ne peut plus demandant en termes de surveillance et de prise en charge dépendamment de la forme de l’anomalie. Surtout ceux manquant d’autonomies. Mais ménagions-nous du temps et des efforts pour eux, car ce sera la catastrophe si en plus nous devons veiller sur le COVID 19 qu’ils auront choppés. Je sais que vous êtes des parents formidables et exceptionnels. En fait aux enfants exceptionnels des parents exceptionnels. Vous êtes à féliciter. Et parfois dites-vous bien que vous en valiez la peine. Soyez leur alliés numéros un, leur pilier. Parlez avec eux; ne brisez pas la chaine de la communication c’est cela votre force et votre point d’ancrage. C’est ainsi que vous pourriez garder hors de l’eau votre tête et la leur.

Surtout apprenez-les toujours à garder leur distance et respecter les mesures barrières car beaucoup de personnes pensent que le fait qu’ils soient vaccinés les épargnes d’attraper le virus ou de le propager. C’est trop peu savoir ce que signifie prendre un vaccin. L’euphorie de l’été, les balades dans les supermarchés doivent toujours être supervisés et contrôle sinon à la place de leur santé mentale, nous allons gérer non seulement la santé physique mais en plus la santé mentale.

Published by Btit Ngkobe Education Consulting

Je suis Lucienne Beatrice Koua Dubé, Administratrice du blog Parents enfants a besoins particuliers. Après des études es de droit au Cameroun mon pays d'origine, J'obtiens ma licence en droit et sciences politiques en 1996 et ma maitrise option droit des affaires en 1998. Ma passion pour la défense des personnes vulnérables est tellement poussée que je choisi de faire le métier d'avocat let j'en fait mon cheval de troie. je poursuis en même me temps mes études es de 2e cycle à l’université de Nantes ou j'obtient en 2007 mon diplôme en droit de l'homme (DUDF en droits fondamentaux). Ma soif de connaissance ne s’arrêtera pas là . Je m'inscrit en 2011 à l’Université de Soa au Cameroun en vu de la préparation de ma thèse doctorat en lien avec la défense des droits des mineurs dans des procès et quitte définitivement mon pays Le Cameroun pour le Canada. Devenue enseignante, je me passionne pour la cause des enfants ayant des difficultés et me spécialise dans ledit domaine afin de démontrer que ces enfants sont capables et plein de potentialités et qu'il suffit de les booster pour qu'ils atteignent leur plein potentiel afin de cheminer vers un avenir certain. Je consulte, fais des suivis individuels et apporte des conseils par des articles pouvant aider mes followers. J'apporte des conseils aux parents aux adolescents en quête de soutien. J'enseigne les méthodes éducatives qui leur sont adaptées et bénéfiques pour leur apprentissages. J'oriente vers écoles, ressources adéquates, voir immigration. je fais du suivi individuel, j'écris des articles pouvant les aider a mieux appréhender l'avenir. je sensibilise les personnes contre la stigmatisation.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: